Modélisation

Nous étudierons l’avion dans son entier en le considérant comme un ensemble indissociable et non comme un puzzle dont les pièces (aile fuselage empennage etc…) seraient indépendantes.

Modélisation :

Contrairement à un ballon à air chaud, un avion à l’arrêt reste au sol : pour  voler il faut qu’il se déplace par rapport à l’air ambiant. Ce déplacement crée sur les surfaces de l’avion (aile fuselage empennage dérive) des forces qui lui permettent de décoller et de se maintenir en l’air.

Un avion se déplaçant par rapport à ‘air ambiant avec une certaine vitesse se comporte, du point de vue aérodynamique comme un avion à l’arrêt sur lequel souffle un vent de même vitesse.

On parle ainsi de vent relatif 

On peut modéliser les mouvements de l’air autour de l’avion par des tubes de courant. Ce sont des sortes de tuyaux d’air de section variable, dont la forme suit l’écoulement. On arrive à les matérialiser dans une soufflerie par de fins jets de fumée placés en amont de l’avion.

 

Si on fait le bilan des forces s'exerçant sur un avion en vol, il y a:

-Le poids

-la portance

-la trainée

-la poussée

 

Pour les besoins de notre étude considérons un avion placé dans les courants d’air en observant ce qui se passe autour de son aile.

Nous constatons que l’air contourne l’aile par le haut et par le bas.

Nous appellerons extrados la partie supérieure de l’aile et intrados la partie inférieure.

Nous parlerons aussi de bord d’attaque pour désigner le point extrême avant de l’aile et le bord de fuite pour parler du point extrême arrière.

 

 

Enfin nous appellerons incidence l'angle formé entre la corde du profil ( droite passant par le bord d'attaque et le bord de fuite) et le vecteur vitesse de l'avion. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×